Skip to content
JEU

duSouvenir

Le récit du souvenir en quête de justesse

reminiscence
souvenir
souvenir-determinant

Représentations 
DU JEU
 Du Souvenir

Le Théâtre de la Réminiscence (issu du Playback Theater de Jonathan Fox, New York 1975), est une démarche théâtrale d’improvisation à la recherche d’une authenticité et d’une justesse symbolique.

Lors des présentations publiques (terme plus adéquat que celui de représentation), après un rappel des principes de la réminiscence et quelques interactions avec le public, un spectateur se lève spontanément et monte sur scène pour évoquer un souvenir, aidé par le « conducteur » pour transformer son récit en petite pièce de théâtre. 

Le spectateur choisit les acteurs dont celui qui va jouer son rôle qu’il coache et qui s’imprègnent du récit et lui en jouent la quintessence, dans une symbolisation à vue qu’il fera éventuellement rejouer jusqu’à ce que le souvenir soit évoqué avec grande justesse, les paroles et les attitudes conformes à ce que le « rappelant » en décrit. Jamais celui-ci qui se souvient ne joue son propre souvenir mais il se voit dans son propre souvenir à travers le jeu de l’acteur qui le représente.

La réminiscence met en évidence les gestes, attitudes, accessoires (tissus de couleur unie) et musiques symboliques de l’histoire. La présentation peut être en effet rehaussée d’improvisation sonore et musicale, et de la confection à vue d’un dessin ou d’un tableau inspiré par le souvenir.

Théâtre 
De la Réminiscence
 Le Jeu du Souvenir

Le théâtre de la réminiscence participe de cette revisite vivante du passé qui peut lui donner un sens nouveau. Le passé n’est pas toujours révolu, le présent rétroactif peut au moins en faire évoluer l’évocation sans qu’on en change le contenu. Ainsi, la création se fait trace évolutive. Le passé ne se reconstitue pas, il ne vit que dans sa re-création présente. Se rappeler est une création.

Toute véritable deuxième fois est la libération de la première, Moreno

Le public assiste au passage du souvenir raconté en une véritable création théâtrale improvisée.

Ce travail sert souvent à évoquer des faits douloureux et traumatisants au cours desquels la personne n’a rien pu faire, de telle sorte que par le jeu théâtral qui ne change pourtant rien au souvenir, elle se les réapproprie comme auteur du récit, de la distribution, de la direction d’acteurs, de la co-mise en scène (avec le conducteur). De participante impuissante, elle devient active dans l’élaboration d’une création qui touche à son tour les spectateurs qui partagent ses émotions.

L’évocation/reconstitution du passé fait place à la réminiscence dans le présent. Le rappelant prisonnier d’un souvenir qui le hantait participe activement à sa mise en récit puis en scène jouée par d’autres. Il préside à la « représentation » théâtrale et plastique de son souvenir de telle sorte qu’il parvienne à accéder à une « représentation » interne de ce souvenir qui le poursuivait jusque-là inchangé.